info@espaceobnl.ca     

Faites partie de la communauté  |  Devenir partenaire  |  À propos  |  Notre équipe  |  Nouvelles |  Contact

Articles

 

5 facteurs clés pour assurer la pérennité financière d’un OBNL

Articles - Image d'intro

Collaboration de Uxpertise LMS

Les gestionnaires d’OBNL font face à des défis grandissants qui ont été exacerbés depuis l’arrivée de la Covid-19 dans nos vies. De la difficulté à recruter du personnel aux pertes potentielles de revenus engendrées par la hausse des prix, les gestionnaires doivent constamment s’adapter aux nouvelles réalités afin de pouvoir soutenir leur mission.

Aujourd’hui, nous abordons un défi particulièrement important, celui d’assurer la pérennité financière de l’OBNL.

De l’optimisation des liquidités à la gestion de risque des placements financiers, le gestionnaire de l’OBNL doit savoir s’entourer d’experts afin de bien maîtriser les 5 facteurs clés suivants :

1. Améliorer la gestion de la trésorerie (cashflow) 

Un des défis les plus récurrents que l’on constate auprès des organismes et des entreprises est le besoin à court terme de liquidités. Bien souvent, une entrée de fonds est planifiée, mais celle-ci tarde à venir alors que l’organisme nécessite ces fonds pour opérer quotidiennement. Une gestion de la trésorerie efficiente peut aider à relever ce défi. Avec certaines solutions et produits disponibles auprès des institutions financières, il est possible d’optimiser les comptes clients et les comptes débiteurs en plus d’être en mesure de profiter des liquidités perçues sans que ces sommes soient temporairement indisponibles ou gelées.

2. Optimisation des liquidités par la mise en place d’une politique de placement

Vos objectifs financiers doivent être préparés à l’avance par une planification stratégique et la mise en place d’une politique de placement. Les administrateurs des OBNL font face à des risques si les fonds de l’organisme n'ont pas été investis correctement, puisqu’ils ont une responsabilité fiduciaire. La politique de placement est donc de mise afin de mettre en place des lignes directrices relatives aux investissements et aux revenus tirés de ces investissements.  En définissant des objectifs en matière de gestion des liquidités excédentaires tout en assurant l’adhésion à ces objectifs, on peut mieux assurer la pérennité de l’organisme.

Voici quelques exemples d’éléments retrouvés dans une politique de placement :

  1. Objectifs de placement  
  2. Tolérance au risque
  3. Horizon de placement
  4. Répartition des actifs
  5. Secteurs à éviter ex; tabac, armements, pétrole, etc.

3. Mise en place d'une stratégie de placement

Une fois votre politique de placement formellement établie, votre conseiller financier aura un mandat clair qui lui permettra d’établir et d’exécuter une stratégie de placement respectant les désirs de l’organisme. Alors que la politique de placement aura défini les objectifs d’investissement tels que la préservation du capital, la croissance du capital et/ou la production de revenu, le conseiller s’assurera de respecter les préférences et contraintes de l’OBNL lors du choix des titres qui feront partie intégrante du portefeuille de placement. Il existe d’ailleurs plusieurs approches et stratégies employées pour la gestion de portefeuille; il est donc important de sonder votre conseiller par rapport à la sienne ou à celle de sa firme afin de mieux comprendre son approche. Essentiellement, le rôle du conseiller est de vous aider à optimiser le rendement sur vos placements, tout en gérant adéquatement le risque du portefeuille.

La composition des actifs du portefeuille est un élément clé pour la performance et la gestion du risque.  Celui-ci doit respecter la politique de placement de l’OBNL et prendre en compte les éléments suivants : catégorie d’actifs, diversification géographique, allocation sectorielle, horizon de placement et tolérance au risque.

4. Horizon de placement

La composition du portefeuille et la sélection d’actifs doivent être faites en prenant en considération les besoins en matière de finances et de liquidités. En se fiant sur la stratégie établie plus haut, le conseiller est en mesure d’effectuer des placements qui conviendront à la durée planifiée de l’investissement. Cet aspect est important, puisque selon l’horizon de placement, le risque et la volatilité du placement choisi diffèrent grandement. 

Tel qu’illustré ci-dessous, un horizon à long terme permet plus de flexibilité au chapitre de la sélection de produits :

 


 

5. Tolérance et gestion du risque

Les organismes à but non lucratif doivent non seulement composer avec les risques opérationnels qui peuvent affecter leur bon fonctionnement, mais aussi avec des risques financiers de plus en plus complexes qui pourraient les empêcher de réaliser leur mission sociale. 

Compte tenu de cela, il est primordial de bien savoir déterminer sa tolérance aux risques et de mettre en place un processus de gestion de risque adéquat. La tolérance au risque discutée dans la politique de placement détermine aussi le choix des produits financiers dans le portefeuille. 

Une constatation importante est que plusieurs ignorent où et dans quoi ils doivent investir. Alors qu’un organisme pourrait être satisfait des rendements obtenus, les actifs financiers détenus et la répartition de ceux-ci peuvent ne pas respecter la politique de placement mise en place. Le choix des produits financiers est d’une grande importance, puisque le non-respect des politiques établies peut entraîner un désistement des bailleurs de fonds et pourrait même avoir un impact réputationnel important sur l’OBNL. Sans bailleur de fond, il devient donc difficile de maintenir les activités de l’organisme.

Afin de réduire les risques encourus dans un portefeuille, certains gestionnaires et conseillers financiers privilégieront une approche de risque-rendement afin de bâtir un portefeuille efficient qui maximisera les rendements attendus en regard d’un niveau de risque spécifique.

 

En vous entourant d’experts tout en connaissant le mandat que vous leur confiez, à la suite d’une planification stratégique et de la mise en place d’une politique de placement, vous êtes donc en mesure de maximiser l’utilisation de vos liquidités et ainsi d’assurer la pérennité de l’organisme qui pourra continuer sa mission.

Les éléments discutés ne couvrent que certains aspects des décisions financières qu’un gestionnaire doit prendre au cours de ses diverses fonctions. Un bon conseiller peut faire la différence et encourager les échanges au courant de l’année afin de mieux comprendre ce volet.

Nous vous souhaitons beaucoup de succès, et au plaisir d’échanger sous peu avec vous

Guillaume & Simon

--- publié le 19 mai 2022

Guillaume Dulude

Guillaume est connu pour sa fiabilité, pour son professionnalisme et pour son dévouement sans faille envers ses clients.
 
Avant de se joindre à BMO Gestion privée, il a beaucoup voyagé en Asie et en Afrique, allant à la rencontre de personnes fortunées et pour les aider à mettre en place des stratégies de placement complexes pour préserver le patrimoine de leur famille.
 
Guillaume a passé plus de sept ans à travailler avec des gens d’affaires prospères. Fort de cette expérience, il est en mesure d’offrir un soutien de premier ordre à ses clients en tirant parti des compétences de ses collègues et des vastes ressources du groupe BMO. Outre ses connaissances financières, son expérience comme banquier d’affaires lui a permis d’acquérir une compréhension approfondie des occasions et des risques inhérents à de nombreux secteurs financiers et des OBNL ainsi que les compétences nécessaires pour bien cerner les besoins financiers des entrepreneurs et des professionnels.
 
Il se fait une fierté de sa capacité à tisser des liens durables et à proposer des solutions sur mesure à ses clients..

Simon Rouleau

Fort d’une expérience de plus de 11 ans auprès d’investisseurs locaux et internationaux fortunés, Simon est reconnu pour sa transparence, sa rigueur, à sa capacité à assurer un parcours sans heurts à ses clients et sa détermination à partager ses connaissances professionnelles avec passion.
 
Il s’appuie sur sa vaste expérience pluridisciplinaire et sa connaissance approfondie des clients, principalement des entrepreneurs, des hauts dirigeants et des professionnels, pour proposer des solutions financières personnalisées et relever les défis avec des stratégies innovantes. Grâce à ses fréquents voyages à l’étranger, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et en Europe, où il était chargé de gérer les relations avec les clients et les partenaires financiers, il a acquis une bonne compréhension des marchés financiers mondiaux et des facteurs de risque qui influent sur la vie des familles et les activités des entreprises dans le monde entier.
 
Simon a obtenu le titre d’analyste agréé en investissement alternatif (Chartered Alternative Investment Analyst – CAIA) et est titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires de HEC Montréal. Il est passionné par la gestion de patrimoine et cherche à élargir sans cesse ses connaissances dans ce domaine afin de toujours mieux répondre aux besoins et aux exigences de ses clients.
 
Globe-trotter, il est un adepte de l’escalade et un passionné de ski de fond. Mais surtout, il a un amour profond pour sa famille et une éthique et des valeurs professionnelles solides!

Retour à la liste

Programme de développement professionnel

Découvrez nos formations

Vous préférez les formations courtes?

Explorez nos webinaires

Autres modes d'apprentissage:

Tous les événements

Des formations sur mesure pour vos gestionnaires?

Téléchargez le catalogue

Vous désirez explorer d’autres domaines?

Découvrez nos 12 enjeux-clés

Vous voulez agrandir votre documentation?

Accédez aux téléchargements gratuits

Vous avez aimé ce contenu?

Consultez les autres contenus

Vous souhaitez en savoir +?

Contactez-nous